Paroles aux arbitres du Festival U13

Publié le 17/06/2024

Après avoir participé en tant qu’arbitre à la phase finale régionale du Festival U13 Pitch du côté d’Orvault, Louann (FC Fief Geste) et Mahé (Sevremont Football Club) ont poursuivi l’aventure à Capbreton lors de la grande finale organisée par la FFF. L’occasion de s’intéresser à leur parcours et leurs envies futures.

Peux-tu te présenter  ?

LG : Je m’appelle Louann GOURDON, je viens d’avoir 17 ans et je suis actuellement scolarisée en 1ère générale au Lycée DOMSORTAIS à Beaupreau-en-Mauges, avec option Football.

J’ai la double licence joueuse-arbitre. J’ai signé ma première licence en tant que joueuse, en 2021, au Groupement féminin Gesté Tillières « LES ETOILES BLEUES », qui regroupe les licenciées féminines des clubs de l’ « ARCT » – et du « FOOTBALL CLUB FIEF GESTE ». Aujourd’hui, je joue en U18 Région.

MA : Je m’appelle Mahé Alletru, j’arbitre pour le Sevremont Football Club en Vendée.

 

Depuis combien de temps et comment es-tu arrivé(e) à l’arbitrage ?

LG : Ma formation initiale d’arbitre a eu lieu en octobre 2022.

Tout a commencé avec l’option Football de mon lycée. J’ai participé à un championnat UGSEL de futsal qui se déroulait sur une semaine, en mai 2022. Chaque lycée devait fournir, parmi ses joueuses, un arbitre, sous peine d’amende. Je me suis proposée et à l’issue de la semaine de championnat, j’ai validé la certification d’arbitre futsal UGSEL.

Cette expérience d’arbitrage m’a plu, et suite à cela, je me suis dit pourquoi pas devenir arbitre de football au sein de mon club. J’en ai parlé dans la foulée, à l’un des éducateurs de mon club, Colin GIREAULT, qui m’a transmis les informations sur la formation d’arbitre, et tout s’est enchaîné.

MA : J’ai passé ma FIA le 25 octobre 2023 à Nieul-sur-l’Autise en Vendée et j’ai passé l’évaluation d’arbitrage le 11 novembre 2023.

 

Comment as-tu vécu la phase régionale (et départementale) du Festival U13 Pitch ?

LG : Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre lors de la phase départementale. Je l’ai plutôt vécu comme une opportunité à saisir.  J’ai su par la suite que l’une de mes camarades de la formation initiale avait également été sélectionnée. J’étais ravie de la revoir et d’échanger avec elle sur notre expérience d’arbitre depuis l’obtention de notre formation. 

L’ambiance était géniale. Malgré la compétition, il y a eu une très bonne entente entre tout le monde.

Quant à la phase régionale, j’y suis allée sans me faire trop d’illusions. J’avais déjà de la chance de pouvoir y participer. Alors, quant à la fin de la journée, mon nom a été prononcé au micro, je ne m’y attendais vraiment pas !

MA : Les finales régionale et départementale se sont très bien passées. L’équipe des éducateurs étaient à chaque fois au top et les autres arbitres de supers rencontres.

Quelles étaient tes attentes concernant la finale FFF du Festival U13 Pitch ?

LG : Avant tout, rencontrer les autres arbitres, pouvoir les observer, échanger sur nos impressions, nos expériences, car ce sont des moments rares. En règle générale, on est plus souvent seul.

Mais aussi, avoir des retours des encadrants sur mon arbitrage, des conseils, continuer d’apprendre, d’évoluer, il y a toujours des choses qu’on peut améliorer !

Et puis, voir évoluer des équipes d’un tel niveau. Quelle opportunité !

MA : Je n’ai pas vraiment d’attentes concernant la finale FFF, le but est de se faire plaisir et d’apprendre.

 

Comment as-tu vécu l’évènement et qu’est ce qui t’a le plus marqué ?

LG : Je ne réalise toujours pas. Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’arbitrer une finale départementale, puis régionale et nationale. J’ai adoré cette cohésion entre arbitres, malgré la compétition, je pense qu’on savait qu’on vivait un moment exceptionnel et que personne n’avait envie de le gâcher.

Il y a eu beaucoup de temps forts lors de ces journées, la remise des prix, la cérémonie de clôture, impossible d’en choisir un plus qu’un autre. Et quelle ambiance. C’était impressionnant !

MA : Ce qui m’a le plus marqué, c’est le moment où on m’a annoncé que je m’envolerais vers la finale FFF.

 

D’une manière générale, qu’est-ce que l’arbitrage t’a apporté ?

LG : Plus d’assurance, de l’organisation, le sens des responsabilités et une certaine condition physique.  J’arbitre le matin et je joue l’après-midi. 

MA : L’arbitrage m’a fait murir et m’a apporté pleins d’autres choses comme le calme et la sérénité.

 

Malgré ton jeune âge, tu as à gérer les joueurs, les éducateurs ainsi que l’environnement de la rencontre. Comment être à la fois respecté et apprécié par ces différents acteurs ?

LG : Heureusement dans l’ensemble, cela se passe plutôt bien.

Les joueurs sont en règle générale, très respectueux et m’appelle « Monsieur l’arbitre ». L’intention y est !

Quand je le peux, j’essaye de me rendre disponible en fin de match, pour échanger avec les dirigeants des deux équipes, connaître leurs ressentis sur la rencontre. Je trouve ça important d’échanger nos points de vue même si on n’est pas toujours d’accord.

Pour moi, le plus compliqué à gérer, ce ne sont pas les joueurs ni les éducateurs, mais bien souvent les spectateurs ! La règle de l’avantage n’est pas toujours bien comprise.

MA : Pour être apprécié et respecté, ce n’est pas compliqué, il faut garder le sourire et être agréable sans oublier les notions de politesse.

 

Quel est ton lien avec ton club ? En quoi ce dernier t’accompagne et te valorise ?

LG : « Mes clubs » me soutiennent dès qu’ils le peuvent, et de différentes manières comme à l’occasion de mes sélections pour le festival régional puis national.

Je suis également conviée à différents évènements organisés autour de l’arbitrage afin de partager mon expérience.

J’ai la chance d’être suivie par deux arbitres de mon club, Florian DUBIN et François CAHAREL qui viennent me voir dès qu’ils le peuvent.

Florian est mon référent arbitrage principal. C’est important d’être suivi par un autre arbitre. On débriefe systématiquement entre chaque mi-temps, ça m’aide à progresser.

L’éducateur de mon équipe, Colin GIREAULT, me soutient également dans ma démarche et s’arrange pour que je puisse concilier les deux, jouer et arbitrer, dans la journée.

MA : Mon club met en avant l’arbitrage en organisant des rencontres et en publiant les améliorations des arbitres sur les réseaux.

 

Quel est ton meilleur souvenir en tant qu’arbitre ?

LG : Quand j’ai arbitré mon premier match de ligue, cette année, en tant qu’arbitre assistant. C’était la première fois que je participais à un match de niveau régional, arbitré par trois arbitres officiels.

MA : Mon meilleur souvenir est lorsque j’officiai en assistant 2 lors de la finale de challenge de Vendée U18.

 

Pour terminer, quels conseils donnerais-tu à un jeune voulant se lancer dans l’arbitrage ?

LG : Si tu aimes les responsabilités, le contact, l’adrénaline, ce job est fait pour toi ! Et si tu hésites, parce-que tu aimes aussi jouer au foot, rien ne t’oblige à choisir, tu peux faire les deux, la preuve !

MA : Un conseil !? N’aie pas peur, lance-toi ! C’est une expérience géniale qui te fera prendre en maturité et qui t’apportera tant de choses. N’hésite pas lance toi !

Articles les plus lus dans cette catégorie